Chapelle Saint Louis à Belgrano

Chapelle Saint Louis à Belgrano, Buenos Aires, Argentine

 

Nous avons la tristesse de vous annoncer la mort du Père Jean de Montalembert, décédé en Argentine le jour de l’Assomption 2016, à l’âge de 70 ans.

Incardiné dans le diocèse de Meaux, le P. Jean de Montalembert est arrivé à Buenos Aires, Argentine, en 2001, aux côtés du P. Jorge Benson dans un premier temps. Puis il a été nommé en 2010 par le Cardinal Bergoglio comme aumônier de la communauté catholique francophone de l’archidiocèse de Buenos Aires, tout en gardant ses fonctions d’aumônier également dans le diocèse de San Isidro. Ces deux diocèses regroupent au moins 80 % des expatriés francophones.
Le Père Edouard de Grivel lui a succédé en 2014.

 

Le Père Michel Clémencin, son successeur Monseigneur Robert Poinard et toute l’équipe des Communautés catholiques francophones dans le monde (Ex AGFE) adressent toutes leurs condoléances à sa famille, au Père Edouard de Grivel et à toute la communauté catholique francophone de Buenos Air dont il était resté très proche.

Ils saluent également avec grande reconnaissance le travail considérable du P. Jean de Montalembert, effectué sans compter, avec ouverture et générosité, auprès des francophones et des jeunes notamment.

Ses obsèques ont eu lieu le mercredi 17 août à San Miguel del Monte, Argentine.
Le dimanche 21 août, le Père Edouard de Grivel a célébré la messe à la chapelle St Louis avec la communauté française.
Une cérémonie aura lieu à la cathédrale de Meaux le vendredi 2 septembre à 11h30. 
Le dimanche 4 septembre, une messe sera célébrée dans le village de sa famille, la Roche en Brénil, côte d’Or.
Une messe sera célébrée à Paris le 10 octobre 2016 à 18H à Notre Dame des Champs, 91 Bld de Montparnasse, pour ceux qui n’ont pu aller en Argentine et tous ceux qui l’ont connu. 
Nous contacter pour plus d’information.

Retour sur un article lepetitjournal.com – Buenos Aires du mardi 24 juin 2008
PORTRAIT – Jean, le père des catholiques français.

Le père Jean anime la communauté catholique française depuis sept ans. Entre ses activités quotidiennes, il trouve le temps d’écrire des ouvrages. Le dernier, L’Aventure du Christianisme a été publié aux éditions du Cerf.

Il était curé sur les terres de Mickey Mouse à Marne La Vallée. C’est désormais dans la contrée de Mafalda que le père Jean est devenu l’aumônier de la communauté catholique française de Buenos Aires. Entre les messes en français et l’animation des groupes de catéchisme du lycée Mermoz et de la zone Nord, le prêtre français s’est donné du temps pour l’écriture.
Depuis son arrivée il y a déjà sept ans, Jean de Montalembert a signé deux ouvrages dont  L’Aventure du Christianisme, publié en France en janvier 2008  aux éditions du Cerf avec des illustrations de Brunor. L’ouvrage, destiné aux adolescents, reprend les principales questions de la foi chrétienne en tentant de les réconcilier avec la science et la rationnalité qui imprègnent généralement leurs études. « J’ai été sollicité par des élèves de Mermoz qui cherchaient des arguments pour justifier leur foi auprès de leur professeur« , explique-t-il. De formation scientifique, le père Jean s’est sérieusement attelé à la tâche : « En France, les préjugés sont importants face à la communauté catholique, raconte-t-il, en Argentine les idées convenues ont moins leur place« .

Renouer avec la foi
Près de 80% de la population argentine se reconnaîtrait franchement catholique même si les pratiques de la religion ne sont pas toujours tout à fait conventionnelles. La messe du dimanche réunit une population variée ; il n’est pas rare de surprendre dans la rue des gestes religieux tandis que le culte à la vierge surprend par sa vivacité. Ce contexte permet aux Français catholiques de renouer sereinement avec leur foi et la pratique religieuse. « D’abord parce que la communauté catholique française est plutôt familiale et sympathique ; loin de sa famille et ses amis, elle devient un repère« , explique l’aumônier de la communauté. « Ensuite parce que la ferveur argentine les a interpellés« .
Entre baptêmes (15 à 20 par an), communions et les rares mariages, la communauté catholique française locale a créé ses propres activités. « Elles changent, se réinventent au gré des arrivées et des départs de ses membres« . Cette année, des projections vidéo ont été mises en place comme des groupes d’échange où quelques personnes cherchent à s’éclairer sur la vie, leur foi, les circonstances de l’existence… « Le renouvellement est constant » conclut le père Jean, dont le grand-père paternel était argentin.