Afin de proposer aux catholiques francophones dispersés dans les paroisses de cette mégalopole de 23 millions d’habitants une initiative visant à créer une dynamique de paroisse francophone a été lancée par un groupe de catholiques francophones réunis autour des pères Harry Viaz, prêtre et enseignant au Grand séminaire de Bombay, Dolreich Pereira, lui aussi, prêtre et enseignant, et Aniceto Pereira, vice-recteur de la Basilique Mount Mary, à Bandra.

C’est dans cette chapelle située au centre de gravité de Bombay, que les catholiques francophones qui le souhaitent, sont invités à se réunir, une fois par mois, autour de l’eucharistie. Cette initiative soutenue par le Cardinal Oswald Gracias, archevêque de Bombay a été également remarqué par le Vice-Consul de France, nouvellement nommé.

Nous sommes un petit millier de français dans la circonscription du Consulat général de Bombay, dont 90% à Bombay même.

Le site de l’Ambassade de France à New Dehli offre une présentation générale du pays qui vous permettra d’approfondir vos connaissances sur le sous-continent indien.

http://www.ambafrance-in.org/Presentation-generale,7057

Pour résumer…L’Inde est le deuxième pays le plus peuplé du monde après la Chine. C’est une fédération de 28 États et de 7 territoires. Vingt-trois langues officielles y sont reconnues, les deux langues officielles au niveau de l’administration centrale étant le hindi et l’anglais.

En Inde, les religions sont omniprésentes….


Vivre sa foi en Inde... et notamment à Bombay

Vivre sa foi en Inde… et notamment à Bombay

Quelques informations sur la ville elle-même et sur les religions en Inde.

Mumbai ou Bombay (en Marâthî: मुंबई, Mumbaī, /ˈmumbəi/, en marâthî : Mumba « déesse » et Aai « mère ») est la capitale de l’État indien du Maharashtra. Lorsque les Portugais s’approprièrent les îles de Bahâdûr Shâh en 1534, le premier gouverneur aurait utilisé le terme de Bom Bahia (« la bonne baie ») pour décrire la péninsule et la sécurité qu’apporte le port. Ce nom a évolué en Bombaim qui est utilisé aujourd’hui en portugais moderne. C’est la capitale commerciale de l’Inde. C’est aussi une ville aux multiples facettes. Etouffante, surchargée, congestionnée, elle attire pourtant des centaines de migrants par jour. On ne connaît pas exactement le nombre d’habitants (20 millions à 23 millions, dit-on), et se déplacer est un parcours parfois semé d’embuches !

L’Inde est un État laïque, mais elle fut le berceau de grandes religions telles que l’hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme et la religion sikh ; ce fut également la terre d’adoption des adeptes du zoroastrisme (communauté des Parsi).

Avec 878 millions de fidèles soit 80,5 % de la population indienne, l’hindouisme est de loin la première religion de l’Inde, et presque exclusivement vécue en Inde. Elle est l’expression de la culture indienne.

L’islam, avec environ 150 millions de fidèles (13,4 %) fait de l’Inde le troisième pays musulman au monde après l’Indonésie et le Pakistan. (Source : site Infocatho : un site pour vivre au rythme de l’Eglise universelle). Le bouddhisme, quant à lui, est apparu en Inde et s’y est développé, mais aujourd’hui moins d’un centième de la population est bouddhiste. Le jaïnisme a également compté de nombreux adeptes, mais n’est plus actuellement pratiqué que par 0,5% des Indiens.

Si les chrétiens en Inde sont une petite communauté, 17 535 429, ils sont l’une des plus anciennes chrétientés. L’introduction du christianisme en Inde remonterait au temps des apôtres. Le christianisme aurait été introduit en Inde par Saint Thomas, l’un des apôtres du Christ, qui aurait passé quelques années en Inde et qui y est probablement mort. Arrivé sur la côte de Malabar, il aurait réalisé des miracles et évangélisé le Kerala et le Tamil Nadu. Il semble qu’il ait été martyrisé à Madras (Chennai) et enterré sur le site de la Cathédrale San Thomé. L’arrivée des Européens à partir du XVIème siècle : Portugais, Français, Anglais, a apporté les traditions occidentales latines, tout particulièrement avec saint François Xavier.

Et à Bombay alors ? En 1543, les Portugais se sont emparés des 7 îles de Bombay. Ils donnèrent aux Jésuites l’entière possession de Bandra, Parel, Wadala et Sion. En 1570, les Jésuites construisirent un collègue et une église à Bandra, St Anne’s College.

Bandra a la plus grande concentration d’églises romaines catholiques au monde : 6 églises avec leurs propres paroisses dans une zone de 4 kms carrés.

Basilique Mount Mary

Basilique Mount Mary

Nous sommes 517 001 catholiques à Bombay sur une population d’environ 23 millions de personnes. Il est difficile

Saint Peter’s Church à Bandra

Saint Peter’s Church à Bandra

à la communauté catholique francophone de se retrouver dans une même paroisse, mais les églises « préférées » des francophones de Bandra par exemple sont Saint Andrews, Saint Peter, Mount Mary (sanctuaire de la Bienheureuse Marie du Mont).  Ce sanctuaire fut construit en 1566 par les jésuites, puis reconstruit en 1761 puis en 1904, en style gothique. On y vénère Marie « Mère des grâces ».

Le sanctuaire rassemble dans la prière des chrétiens, des hindous et des musulmans. C’est un lieu propice à la ferveur et au recueillement. Il accueille chaque année pendant une semaine le Mount Mary festival, très fréquenté par tous les catholiques. Il a été visité par Jean Paul II le 9 février 1986.

Cathédrale  Holy Name

Cathédrale Holy Name

Les Catholiques du Sud se retrouvent à l’église de Saint Stephen à Kemp’s corner ou à la Cathédrale de Bombay, derrière Colaba Causeway, tout près du Gateway of India, monument iconique de Bombay, érigé en l’honneur de la visite du roi Georges V et de la reine Mary (mère de l’actuelle reine d’Angleterre).


Naissance d’une mission…à Bombay

Naissance d’une mission…à Bombay

bombay-logo-ccf

 Quand deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis là au milieu d’eux  » Matthieu, 18-20

S’informer, partager, prier avec les catholiques francophones de Bombay

Aujourd’hui, à Bombay, les catholiques francophones sont dispersés dans toute la ville. Il n’existe pas de paroisse rassemblant cette communauté. Nous avons besoin de nous retrouver pour vivre notre foi en français, pour les temps forts du calendrier catholique, pour donner une éducation religieuse à nos enfants, pour rencontrer, pour prier… Un groupe s’est formé pour créer une dynamique de paroisse. Nous venons aujourd’hui vers vous pour mieux connaître les besoins « spirituels » des uns et des autres.

Ce faire-part de naissance de « notre » mission est le fruit de nombreuses heures de discussions, d’échanges et de partage de la Parole avec tout un groupe d’amies désireuses de vivre leur foi…au sein d’une communauté catholique francophone, tout en s’ancrant dans une communauté catholique indienne.

C’est en toute humilité, conscientes que l’aide de tous et de toutes nous était indispensable, que nous avons construit et structuré notre projet.

Notre objectif premier était d’organiser des messes dominicales mensuelles en français pour rassembler les fidèles du Nord et du Sud. Pour faire simple, à Bombay on habite soit au Nord soit au Sud du Sea Link (le Sea Link est le pont suspendu qui a permis de réduire la congestion du trafic au sein de la mégalopole).

Le choix de la première messe était pour nous hautement symbolique : le dimanche 12 juin 2011, jour de la Pentecôte. En effet, à Pentecôte, l’Eglise se présente dans la fraîcheur de sa jeunesse, soulevée par l’Esprit. Nous nous sommes sentis prêts et prêtes à fêter la naissance du peuple de Dieu et appelés à sortir de nous-mêmes et de nos maisons…ce qui en pleine mousson relevait d’une grande témérité ! Les pluies peuvent être diluviennes et l’humidité est accablante.

Mais qui dit liturgie eucharistique dit recherche d’un pasteur.

Peut-on parler de grâce, devant la rapidité avec laquelle notre recherche a avancé et un prêtre a été trouvé ?…si oui, dans notre cas, elle fut coopérante !

Nous avons été rencontrer des prêtres francophones du Saint Pius College, le Grand Séminaire de Bombay.

Le Père Harry Viaz d’abord, prêtre et enseignant au Grand séminaire de Bombay, qui fut notre premier contact, a séjourné et étudié en France. Le Père Dolreich Pereira, lui aussi, prêtre et enseignant, a vécu 3 ans en France et a fait sa maîtrise de philosophie à l’Institut Catholique de Paris. Il est depuis devenu notre principal célébrant et notre pasteur. Le Père Aniceto Pereira, vice-recteur de la Basilique Mount Mary, à

Chapelle de Saint Andrew’s College

Chapelle de Saint Andrew’s College

Bandra, nous a ouvert les portes de la Chapelle du Saint Andrew’s College, établissement dont il est également le proviseur-adjoint. Dans notre souci de créer une dynamique de paroisse, nous avons cherché à nous ancrer dans un seul et unique lieu…et ce fut la Chapelle du Saint Andrew’s College de Bandra. Le centre de gravité de Bombay s’étant progressivement déplacé vers ce quartier, nous avons choisi ce lieu consensuel et central pour tous.

N’ayant pas de paroisse, nous célébrons nos messes mensuelles dans la chapelle du Saint Andrew’s College que le Père Aniceto Pereira, vice-recteur de Mount Mary et proviseur-adjoint de cet établissement, met gracieusement à notre disposition.

Une fois notre premier objectif atteint, c’est à la transmission et au témoignage de notre foi qu’il fallait s’appliquer. Un enseignement catéchétique est désormais proposé aux petits et aux plus grands. « Nos » jeunes ont désormais «leur » groupe qui se réunit et travaille, entre autres, à l’animation des temps forts de l’année : Avent et Carême.

Nous n’étions que 28 lors de la première messe du 12 juin 2011…Nous sommes désormais jusqu’à 150 lors des temps forts et des sacrements et en moyenne 80 lors des messes mensuelles. C’est une belle aventure, une histoire de communauté et d’amitié….mais surtout l’expression de la foi et de l’engagement de tous.

Comme toute communauté, des initiatives ont vu le jour. L’une des plus originales est « Le chœur des hommes »


Chorale de la Mission

Chorale de la Mission

Communauté catholique de Bombay- dim17 fev 2013

Bombay – chorale

Qui bien chante deux fois prie
disait Saint Augustin

A Bombay, la chorale est comme la Mission….une mosaïque de personnalités, un moment de communion et de convivialité, une volonté de participer pleinement à la liturgie en donnant de la voix !
Chanter, ce n’est pas seulement donner de la voix, mais c’est faire monter sa voix et révéler un peu de son âme. Au fur et à mesure de nos messes mensuelles, les voix se sont unies… ! Puis on parla partitions, répétitions et feuilles de chants !
Notre chorale est avant tout l’histoire d’un groupe qui s’est façonné et uni. Dans une ville tentaculaire comme Bombay, où la circulation décourage parfois d’entreprendre quoi que ce soit, des voix d’hommes se sont levées…
Il y avait ceux qui avaient toujours chanté, ceux qui n’avaient jamais chanté mais voulaient bien essayer ou ceux qui disaient chanter faux mais voulaient bien essayer ! La chorale était née !

Sous la houlette de notre nouveau maître de chœur, Vivien, nombreux sont les hommes de notre Mission à avoir trouvé leur voie (euh leur voix !) et sont de toutes les répétitions.
Il y a certes des voix féminines qui s’élèvent dans ce concert de voix graves, mais le débat sur la parité est absent de notre chœur ! Sans parler des instrumentistes qui accompagnent le chœur, une flûtiste et deux guitaristes…Que de talents révélés !

Vous l’aurez compris, toutes les voix comptent !

Beaucoup de nos choristes sont partis sous d’autres cieux depuis cette photo, mais la relève est là !

La Mission, c’est aussi l’organisation de la catéchèse, des sacrements, de nombreux baptêmes d’enfants, un baptême d’adulte l’an dernier et la rencontre toutes les bonnes volontés qui oeuvrent dans l’anonymat à la transmission de la foi chez nos petits et grands.


Qui dit transmission, dit appel aux jeunes…

Qui dit transmission, dit appel aux jeunes…

Un groupe de collégiens s’est constitué. Il se réunit une fois par mois avant la messe dominicale. Une dizaine de jeunes et deux animateurs se retrouvent pour partager le Parole, prier et agir.

Un thème, un texte et une question: quelle conséquence pour moi? Comment aujourd’hui et ici vivre en chrétien? Comment cultiver notre intimité avec le Christ?

Le groupe apprécie de prendre une part active à la vie de la Communauté. Préparation de la messe de Noël, rédaction et lecture de la prière universelle, collecte de denrées de première nécessité : voici plusieurs actions initiées et prises en charge par les jeunes l’an dernier.

Dans la continuité de ces actions, le groupe des collégiens se rend, au moment du Carême, dans une association (avec laquelle la Mission a tissé un partenariat) de soutien aux enfants du bidonville de Kalina (quartier défavorisé de Bombay).

Lors de leur première visite, les jeunes ont mis spontanément l’accent sur le service : préparation et distribution d’un repas. Ils ont découvert alors combien les enfants du bidonville espéraient plus de cette rencontre. Plus d’échanges, plus d’interactions, plus de temps, plus de partage…

Pour la deuxième édition l’année suivante, le groupe était prêt : outre au repas, c’est à un véritable divertissement que les enfants du bidonville ont été invités !

Chants, danses, morceaux au piano, tours de magie se sont succédés durant une heure pour la joie des jeunes spectateurs et des collégiens. Les parents sollicités pour l’occasion ont pu apprécier leurs enfants sous un jour différent.

En tout cas, c’est certain, cette année on recommence et les nouvelles idées ne manquent pas !

bombay-catechese1  bombay-catechese2

Tous ces jeunes ont fait leur la citation de Mère Térésa : « Ce que je fais ne sert à rien. C’est juste une goutte d’eau dans l’océan, mais l’océan est fait de gouttes d’eau. »

Cette année, notre dynamisme et notre enthousiasme ont été remarqués. Nous aurons en octobre ou en novembre rendez-vous avec le Consul général, qui est en contact régulier avec Son Excellence le Cardinal Oswald Gracias, archevêque de Bombay ainsi qu’avec le Vice-Consul, nouvellement nommé. Tous deux ont souhaité mieux connaître notre mission. Cette rencontre sera l’occasion pour nous de leur présenter notre communauté, son ancrage dans les paroisses indiennes et ses actions auprès des plus démunis de Bombay et d’ailleurs, par l’engagement de nombreux fidèles dans associations caritatives : Un toit à Bombay, les roses de Mère Térésa, le Swagat Ashram et le Prerna Charitable Fund.

Qui dit vivre à l’étranger dit éloignement. C’est ce sentiment que nous ressentons parfois face aux difficultés rencontrées dans l’organisation de nos activités ou le choix des parcours de catéchèse. D’où la nécessité d’un dialogue constant avec notre pasteur le Père Dolreich ainsi qu’avec le Père Clémencin, directeur des Aumôneries générales des français de l’Etranger, épaulé par toute une équipe bienveillante et prompte à répondre à nos questions.

Nous diffusons également auprès de nos fidèles les éditions numériques de la revue Amitiés, expression de la vie des autres communautés catholiques dans le monde.

Présentation de notre activité en anglais dans la revue The Examiner

Et pour finir, un petit exercice de lecture en anglais !

A l’occasion de la célébration de ses 2 ans d’existence, la MCFB a été invité à faire paraître un article en anglais dans The Examiner – revue des églises catholiques. Cet article est tant une synthèse de nos activités qu’un témoignage de notre présence active

French-speaking Catholic Group completes 2 years!

In 2011, a “think tank” was set up by a few of us (French nationals) in order to create a Mission Catholique Francophone de Bombay (French-speaking Catholic Mission in Bombay) with the objective of bringing together the French-speaking Catholics living in the archdiocese of Bombay.

This is how the Mission was presented to the congregation during the celebration of our first mass by Fr Dolreich Pereira on Sunday, the 12th June 2011:

« For where two or three are gathered in my Name, I am there among them » Matthew, 18-20

“Be informed, share, pray with the French-speaking Catholic community in Bombay. French-speaking Catholics are presently scattered all over the city of Bombay. There is no parish to unify this community. We need to gather together to proclaim our faith in French, for the significant events of the Catholic Calendar, to give a religious education to our children, to meet, to pray…A group has been set up to create a parish dynamic. We come to you today to try to understand better the “spiritual” expectations of you all. Thank you for taking some time to give us your feedback on this.”

The response to this appeal was above our expectation. We now have monthly masses and offer catechesis to more than 40 children. We have 3 groups which meet for an hour before mass: one for 5-7 year old children, 1 for 8-11 old year children and one for middle school students. Seven children have received the sacrament of Holy Communion on Pentecost Sunday, 27 May 2012 and five on Sunday, 26 May, 2013. We have received 11 requests for Baptism: 3 children have already been baptized in Bombay.

At the first mass we were only 28, but now we are more than 100! What are some of the reasons that have attracted people to this community? In the words of some of our members:

“The mission changed our life in Bombay for many reasons:

– it has enabled us to meet amongst Christians of the same culture and same language. The frequency of a French mass once in a month allows us to carry on with discovering how Indian people practice their faith in their parishes.

– It allows the transmission of faith in our language which is very important especially with children. It also attracts adults who were not so familiar with mass.

– It has created a real Christian and French speaking community, building friendships among us which is very important in a difficult city like Mumbai.”

As part of diakonia, we sponsor and support associations like Swagat Ashram, The Roses of Mother Teresa, Un Toit pour Bombay (A Roof for Bombay) as well as Prerana Trust, Raigad which works for the upliftment of the oppressed. Many of us dedicate themselves to take care of elderly people, children and deprived people. There is also a group of mothers who meet every single Monday to pray.

We would like to pay a special tribute to the Major Seminary of Bombay and to Father Dolreich, our Chaplain, who has been showing great dedication and who supervises all initiatives. Working with him has indeed been a real blessing and provided a learning experience for us. We are also grateful to Father Aniceto Pereira, who allows us to celebrate our masses at St Andrew’s College Chapel, in Bandra.

This is some of the feedback we have received from the youth animator. Young students are already considering special initiatives for Advent and Lent next year. They are motivated and dedicated, as expressed by their animator:

“A few words to express how thankful we are as a family: being able to come to mass in our native language once a month is awaited from our 3 boys !

I am also amazed and wondrous of the faith and good will of the teenagers. They have shown this year how much they want to follow Christ and act concretely. They loved the powerful testimonies and are ready to move on for their next actions (Christmas and Easter)!”

“The French Mission in Mumbai is young but very much alive. Everyone is welcome here. One can see that some members are more modern, while others are more conservative, but they all come together to pray to God under the guidance of a wonderful priest, Father Dolreich.

My experience with the French Mission is special, as is my encounter with Father Dolreich. This is because my adopted eight-year-old daughter, Sarah, who was previously Hindu, has decided on her own to become Catholic and who, thanks to Father Dolreich, got the feeling that she is most welcome in that community. He became for her a bridge with God and also, in a certain way, a bridge with the French community in Mumbai. I thank Father Dolreich sincerely for his guidance, friendship, and support. Thanks to him and to my daughter, I have returned to the Catholic Church.”


Catherine Carrena-Barrier, CCF Bombay