Il y a environ 150 00 Français inscrits auprès du consulat d’Argentine (dont 600 familles expatriées), environ 6000 ressortissants belges et autant de Suisses.

Plus de la moitié des Français vivent à Buenos Aires. Buenos Aires clocherLa chapelle Saint-Louis Roi appartient à la Paroisse Nuestra Senora de la Merced. La communauté y célèbre la messe les dimanches à 11h. Elle est suivie d’une messe dite en langue espagnole par un prêtre de la paroisse argentine. Nommé par l’archevêque de Buenos Aires fin 2013, le père Edouard de Grivel, prêtre  du Mouvement Points-Cœur, exerce la charge d’aumônier de la communauté francophone. De manière régulière, nous comptons une vingtaine de familles, pouvant aller jusqu’à cent participants lors de certaines célébrations.

Histoire  de la communauté
La Communauté Catholique de Langue Française à Buenos Aires existe depuis près d’un siècle. Constituée autour des immigrés d’origine française, belge ou suisse, elle s’appelait alors le Cercle Saint-Louis. En 1934, les membres du Cercle Saint-Louis sont très actifs dans l’accueil et l’accompagnement des délégations françaises, belges et suisses au  XXXIIème Congrès Eucharistique International qui s’est tenu cette année-là à Buenos Aires. Les ambassadeurs de ces différents pays manifesteront leur reconnaissance auprès du Cercle Saint-Louis pour cet engagement. Cardinal VerdierLe cardinal Verdier, archevêque de Paris, de passage à Buenos Aires pour ce Congrès laisse ce témoignage sur les membres du Cercle Saint-Louis : « « J’ai pu, et avec quel bonheur, constater le bien rayonnant que le Cercle fait en Argentine. C’est à lui, aux beaux exemples qu’il donne, que nous devons  en grande partie la sympathie profonde, ardente que l’Argentine garde à la France » Plusieurs seront les évêques venus de France qui seront reçus par le Cercle Saint-Louis et au début des années 70, le Cercle Saint-Louis s’honore de la visite du Cardinal Daniélou. C’est à ce moment-là que le Cercle Saint-Louis se transforme en Association de la Communauté Catholique Francophone et acquiert une maison, calle Miñones, dans le quartier de Belgrano, proche du nouveau Lycée Jean Mermoz, inauguré par le Général de Gaulle en 1969. Cette maison sert, alors, de chapelle où est célébrée le dimanche la messe en français et où se tiennent les rencontres de la communauté. Depuis la maison de la calle Miñones s’organise aussi le catéchisme proposé aux enfants du Lycée Mermoz. Peu à peu, la composition de la communauté change : si le Cercle Saint-Louis était constitué  surtout d’immigrés qui souhaitaient garder des liens avec leur origine francophone, avec le développement du commerce mondial, on voit de plus en plus de familles d’expatriés participer aux offices et aux activités proposées par la communauté. En 1996, sous l’impulsion de son aumônier de l’époque, le père Jorge Benson, la Communauté Catholique Francophone obtient la concession d’un bâtiment dans le parc Belgrano de l’Avenida Monroe. Ce bâtiment sera transformé pour devenir la Capilla San Luis Rey, au service de la Communauté Catholique Francophone. Buenos Aires Chapelle St Louis extérieurA partir de 2001, le père Jean de Montalembert devient l’aumônier de cette Communauté qui regroupe alors surtout les familles d’expatriés en poste pour quelques années en Argentine. Ces familles résidant en partie à Capital Federal et en Zone Nord (San Isidro, Martinez), les activités pastorales seront animées en ces deux lieux. La messe dominicale était alors dite en alternance à Belgrano y Martinez. En 2013, avec la baisse des expatriés francophones habitant en Zone Nord, la chapelle Saint-Louis est devenu le seul lieu où est dite la messe en langue française les dimanches. Fin 2013, le père Edouard de Grivel est nommé aumônier par l’archevêque de Buenos Aires, le Cardinal Mario Poli. La Casa San Luis, de la Calle Miñones, demeure le lieu de résidence de l’aumônier et là s’organisent les activités de la communauté : catéchisme, préparation à la confirmation, conférences, débats etc.

Activités Buenos Aires barbecue
Pour être fidèle à la tradition argentine, la communauté organise une fois par mois après la messe un « asado », barbecue argentin. Cette rencontre est très appréciée par les familles et les enfants. Tous les ans, un cycle de conférences est organisé autour d’un thème (l’année dernière le sujet était l’histoire du christianisme et les interactions avec les autres religions ; cette année le thème porte sur la vie et l’œuvre d’Alexandre Soljenitsyne en abordant notamment le sujet de la « vérité comme moyen de résistance à l’oppression). Une fois par an, une sortie est organisée au « Campo » c’est-à-dire dans la campagne à une centaine de kilomètres de Buenos Aires. Cette journée est un bon moyen pour intégrer les nouvelles familles et marque en général le début de la nouvelle année scolaire (en mars en Argentine).   Par ailleurs pour élargir et ouvrir notre communauté, un tournoi de tennis est organisé une fois par an et il est ouvert à tous.Buenos Aires tournoi de tennis Ville d’immigrants, Buenos Aires compte diverses et nombreuses communautés. Très attentifs à leur insertion, le diocèse de Buenos Aires a aussi le désir d’animer la vie religieuse des étrangers, notamment pour ceux qui viennent y passer seulement quelques années. Buenos Aires Dia de CampoLe Cardinal Mario Poli a eu ces mots : « Depuis longtemps existe cette Communauté, il est bon qu’elle continue à se développer ». Aujourd’hui, la Communauté Catholique de Buenos Aires est surtout composée d’expatriés : personnel de l’ambassade et du service consulaire, dirigeants d’entreprises ou enseignants.       Buenos Aires Le-P-Grivel-Soeur-Maylis et enfants catéchisme

Sans avoir de relations directes avec le Lycée français Jean Mermoz, tous les enfants qui participent au catéchisme y sont scolarisés (francophones ou argentins). Des relations amicales sont entretenues avec l’Ambassade et le Consulat, ainsi qu’avec d’autres instituts françaises présentes à Buenos Aires.

Par ailleurs, comme une partie de la communauté francophone de Buenos Aires habite dans une proche banlieue appelée « Zona Norte », un nouveau groupe de catéchèse a été créé cette année pour que les enfants scolarisés dans l’école française de cette zone (maternelle, primaire et collège uniquement) puissent également suivre le catéchisme. Des manifestations communes regroupent les deux groupes. La foi encore vivante et populaire de l’Argentine est un bel exemple pour nos francophones qui y retrouvent la simplicité et la joie de la foi chrétienne.
Lire l’article publié dans La Croix le 25 août 2015 :  A Buenos Aires, la paroisse francophone « est un peu une famille ». Hormis les mails que nous envoyons régulièrement à l’ensemble de la communauté pour les informer des plannings et des événements à venir, nous communiquons beaucoup sur la page Facebook de la Paroisse.