Il y a soixante-trois ans cette année, se rassemblaient « autour de la table du Seigneur » les chrétiens francophones de la Haye. Il a fallu attendre l’année 1995 pour que la communauté soit érigée officiellement en paroisse et c’est à cette occasion que les fidèles ont choisi le nom significatif de « Paroisse de Tous-les-Saints ».

En résonance à la richesse de sa diversité et sa mission fondamentale, la Paroisse de Tous-les-Saints de La Haye représente depuis un lieu de spiritualité, de rencontre, de partage. Vivant au rythme des arrivées, elle marque pour chacun de ses nouveaux fidèles une étape forte dans sa vie de chrétien, cheminement spirituel, chemin de conversion.

Paroisse de Tous les Saints logoParoisse de Tous les Saints logo« Le Bon Berger. »

Logo Paroisse de tous les SaintsA l’image de ses paroissiens, pour la plupart expatriés, mais aussi résidents francophones installés dans la région de la Haye et des alentours au-delà même des limites du diocèse de Rotterdam, la Paroisse de Tous les Saints a vécu de nombreuses migrations. De Chapelle en Eglise, elle en est à son cinquième lieu de prière, offrant chaque fois un lieu d’apaisement pour ses fidèles en situation d’éloignement de leur famille et de leur patrie. Wassenaar De Goede HerderInternationale, jeune, la paroisse est avant tout faite de la richesse de chacune de ses 340 familles françaises, belges, néerlandaises, … originaires du Congo, du Cameroun, du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire, du Bénin, … mais aussi des fidèles espagnols, suisses, italiens et tant d’autres. Elle célèbre ses offices en plusieurs lieux de culte se faisant écho: la Chapelle saint François à la Haye, la chapelle allemande et la grotte de Lourdes dans le quartier de Scheveningen, et tous les dimanches la grande Eglise « De Goede Herder » à Wassenaar, tout près de la Haye. P. Vincent de Paul BoroCe lieu, le Père Vincent de Paul Boro, notre prêtre depuis neuf années au service de la paroisse, ne saurait mieux l’incarner. Car c’est en cette Eglise « du Bon Berger » que se rassemblent chaque dimanche matin (ou en fin d’après-midi lors des dimanches d’hiver) les paroissiens francophones. C’est bien en berger que le Père Vincent veille à la sainteté de ses fidèles, considère la vocation de chacun. Sa mission, il l’écrit en témoignage : « viser le soin des âmes en vue de leur salut en Christ ». Si le Père Vincent connaît par son nom chacune de ses brebis, il a une vision pour chacune d’elles. Il fait siennes les missions de la liturgie et de l’enseignement, dans l’écoute de la parole de Dieu, la communion et le partage fraternel. Dans la communauté de Tous-les-Saints, grâce à la force et la profondeur de son gardien, se vivent au quotidien de nombreuses occasions de communion et de partage. Dans un désir de proximité fraternelle s’est établie une coopération ecclésiale avec la communauté néerlandaise et la paroisse catholique allemande et dans un désir de proximité œcuménique se vit un rapprochement avec la paroisse francophone wallonne. La paroisse de Tous les Saints s’enrichit, dans ce même élan, de rencontres privilégiées avec la communauté des Sœurs à Dordrecht et la communauté des Frères de Saint Jean à La Haye.

Moments forts et initiatives spirituelles.

Cette année sainte de la miséricorde a tout particulièrement vu la paroisse de Tous les Saints chercher à vivre la charité dans la joie, la confiance dans l’autre, ce que le Père Vincent de Paul Boro appelle « une école de communion ». Autour de son berger, la communauté vit dans le respect de la diversité et la responsabilité de chacun à apporter sa pierre à l’édifice : l’Eveil à la foi, la Catéchèse, l’Aumônerie des jeunes, la préparation aux Sacrements ont été portés avec entrain par les paroissiens. La Haye Pèlerinage FatimaDes moments forts se mêlent à ces différents engagements au travers d’initiatives spirituelles menées au sein de la Paroisse : la prière des mères, les retraites, les pèlerinages aussi, tel celui qui vient de se dérouler en la basilique de Schiedam tout près de Rotterdam ou encore aux sanctuaires de Lourdes et de Fatima au Portugal les années passées, et tant d’autres.         La Haye Chorale africaineAu service notamment de la liturgie : la chorale francophone AVé fortifiant les offices de sa voix et de sa musique, la chorale africaine – Chorale de tous les peuples – les vivifie de son rythme. Veillant à éclairer et méditer sur l’Ecriture Sainte, le Père Vincent a initié depuis trois ans une formation biblique, laissant à chacun d’approfondir sa foi au travers de l’expérience de la rencontre avec la Parole vivante de Dieu. Dans une dynamique de partage encore, des équipes s’activent à l’image du groupe Communauté de vie chrétienne (CVX), des Equipes Notre-Dame (END), du Parcours Zachée. Les plus jeunes, eux aussi, sont en mouvement ! Car depuis l’année dernière, avec le soutien du Père Clémencin et des Scouts de France, est né le mouvement Scouts d’Europe : la meute Saint Willibrord, 1ère La Haye, la clairière Sainte Catherine de Sienne, suivies cette année d’une patrouille libre de garçons et de filles.

« Notre paroisse est un corps vivant. »

La paroisse de Tous les saints, malgré son expérience, est encore et toujours à la recherche de la construction d’une communauté « authentiquement chrétienne et adulte ». Elle dialogue, s’interroge sur les actions à mener et sur son rayonnement. Ainsi que le soutient notre Père Vincent : « Notre paroisse est un corps vivant. Et comme tout corps vivant, elle change, grandit ou grossit, se développe. Unis par la Parole vivante de Dieu qui nous éclaire, nous formons une église dans la richesse et les défis de l’internationalité, dans la diversité et les exigences des spiritualités. Nous voulons créer un vivre ensemble authentiquement ecclésial ou chacun s’épanouit. » Le Père Vincent de Paul Boro transmet cette année la mission qu’il mène depuis neuf ans aux Pays-Bas, poursuivant sous d’autres horizons sa quête, recherche de l’unité dans la sainteté : « L’unité pour nous chrétiens, ce n’est pas simplement le fait d’être ensemble ou de partager des valeurs communes, mais bien plus, c’est l’art de vivre ensemble dans la paix, de cheminer les uns par les autres. Qui mieux que le Christ peut nous indiquer le chemin ? »

Stéphanie Philippe, La Haye,  juin 2016