Amoris Laetitia, nouveauté…

 
 

Amoris laetitia 2

 

 

 

 

 

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêquede Paris, Président délégué du Synode ordinaire sur la famille (2015), et Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre, ont présenté « Amoris Laetitia » (La joie de l’amour), exhortation apostolique post-synodale parue le 8 avril 2016, rédigée par le pape François, suite aux deux synodes sur la famille.
Découvrir


Témoignages d’évêques : 

Au cours de l’Assemblée plénière d’automne 2016, quatre évêques ont présenté les premiers fruits d’Amoris laetitia.
Leurs interventions sont mises en ligne sur le site eglise.catholique.fr, à lire et partager.
Mgr Brunin, président du Conseil Famille et Société, s’est arrêté sur la réception de l’exhortation en France – c’est à lire ici .
Mgr Dominique Lebrun évêque de Rouen, Mgr Pascal Wintzer évêque de Poitiers, et Mgr Laurent Percerou évêque de Moulins, montrent de multiples initiatives pastorales  à lire ici .

Quelques ouvrages récents :

– Chez Parole et Silence, coll. Collège des Bernardins, décembre 2016, plusieurs ouvrages dont :
Jacques de Longeaux :  Sous le regard du bon Pasteur, la famille selon Amoris laetitia
Richard Escudier : Amoris Laetitia : Spiritualité matrimoniale et familiale
Marguerite Léna : Un acte d’amour : l’éducation dans Amoris laetitia

Grandir dans l’amour, Fidélité (Ed. jésuites) : le ch. 4 d’AL avec une préface des évêques belges

– Marie-Jo Thiel,  Revue d’éthique et de théologie morale n° 292, décembre 2016 « Intégrer depuis le bas : une relecture d’Amoris laetitia »

-Philippe Bordeyne, Divorcés remariés ce qui change avec François, Salvator, janvier 2017

Nouveauté de la rentrée 2016 !

Edtion annotée La joie de l'Amourl’édition présentée et annotée de La joie de l’amour est maintenant  disponible en librairie. Cette édition a été réalisée sous la responsabilité du Service national Famille et Société de la Conférence des évêques de France et de la faculté de théologie du Centre Sèvres. Des théologiens de plusieurs facultés, des témoins, des mouvements y ont participé ; c’est une riche collaboration.
Vous y trouverez entre autres le texte intégral de l’exhortation ; des notes explicatives et un important glossaire ; des présentations de chaque chapitre ;  une préface de Mgr Brunin et une postface de Christoph Theobald  ouvrant de belles perspectives ecclésiologiques. Vous découvrirez aussi des témoignages, ils donnent un visage concret à l’amour dans la famille, avec ses joies et ses difficultés. Les questions en fin de chapitre permettent de travailler plus avant, seul ou en groupe.

Pour plus d’information, cliquer sur le Le feuillet (flyer).

Ce livre est sorti le vendredi 2 septembre 2016, chez Lessius/Fidélité.  Vous le trouverez dans toutes les librairies religieuses ainsi que sur le net , en particulier sur le site editionsjesuites.com http://www.editionsjesuites.com/fr/livre-amoris-laetitia-la-joie-de-lamour-1834.html . Le code ISBN : 978-2-87356-715-6
Le prix est modique pour un tel ouvrage, 13 Euros, cela devrait permettre une large diffusion et nous comptons sur vous pour cela. Il s’agit en effet d’aider chacun et chacune à accueillir au mieux l’exhortation Amoris laetitia du pape François, et d’en vivre.

Agenda
– Pour les acteurs de la pastorale familiale :
Rencontre nationale du lundi 30 janvier 2016
« Avec Amoris laetitia, accompagner, discerner, intégrer ». Accueil entre 9h et 9h30- envoi à 17h. Plus d’informations et dossier d’inscription à venir.

– Une journée sur Discernement et maturation des consciences, avec Amoris laetitia s’est tenue ce 17 octobre à l’Institut Catholique de Paris. Le thème a été abordé de nombreuses façons. Propos introductif Cardinal André Vingt-Trois:
« Je souhaite que ces travaux que vous commencez vous aident à mesurer l’ampleur de ce discernement, non pas simplement comme une sorte de perfectionnement du dispositif pastoral, mais comme une prise de conscience du corps ecclésial dans son entier, de l’appel qui lui est adressé de réorienter, de réajuster, de recadrer ces éléments d’actions, ces modes d’approches, ces procédures, à la lumière de la Parole de Dieu, pour vivre la situation présente sur le mode d’un discernement qui comporte deux dimensions indissociables. Aucun d’entre nous ne peut les associer pleinement mais nous devons tous en conserver perpétuellement la présence, à savoir, d’une part un discernement qui concerne la plénitude de la situation universelle de cette dimension anthropologique de l’union de l’homme et de la femme, et la constitution de la famille, et d’autre part le discernement de la situation particulière des personnes auxquelles nous avons affaire…
Dans chaque situation familiale, il se passe quelque chose entre des gens qui ont des liens affectifs historiques, familiaux, etc. très forts. Il se vit des drames, il se vit des horreurs, il se vit des aventures extraordinaires… Notre travail à nous, c’est de tendre le doigt et de dire : Dieu était là et je ne le savais pas. »
Les enregistrements audio des interventions, ainsi que quelques textes sont accessibles dès à présent sur le site de l’ICP, ici. 

Clefs de lectures, par Véronique Charron, service Famille et Société, destinées aux accompagnateurs du catéchuménat :
– A la lumière d’Amoris Laetitia – Episode 1
– A la lumière d’Amoris Laetitia – Episode 2
– A la lumière d’Amoris Laetitia – Episode 3

Rappels

Voir l’Interview du Cardinal André Vingt-Trois sur l’exhortation apostolique « La joie de l’amour » et lire son analyse.

Lire le texte original sur le site du Vatican.
On le trouve en librairie (Edition Bayard-Cerf, édition de la Conférence des Evêques de France ou autres ) pour 4,5 €.
Le Vatican a rédigé lui-même une synthèse de cette longue exhortation.
Le Pape François est intervenu en juin 2016 devant le diocèse de Rome réuni pour travailler sur le thème « La joie de l’amour : le chemin des familles à Rome ». Vous pouvez lire  ici le discours qu’il a prononcé à cette occasion, où il souligne quelques arrêtes du synode et de l’exhortation La joie de l’amour. Il plaide fortement pour une pastorale familiale « capable d’accueillir, d’accompagner, de discerner et d’intégrer » et développe 3 idées principales que je reprends ainsi : le respect absolu des familles telles qu’elles sont, dans leurs histoires singulières, en n’abandonnant donc personne; une pastorale de la proximité,  accueillante à la complexité de la vie, refusant tout séparatisme ; la valeur du témoignage des couples âgés appelés à raconter aux plus jeunes leurs rêves et leur histoire, afin d’encourager ces derniers.

Eclairage « La joie de l’amour » par le cardinal Vingt-Trois

Synthèse d’Oranne de Mautort, Directrice adjointe du service national Famille et Société à la Conférence des évêques de France, et ses propositions.
Avant première : le Service national Famille et Société travaille à une édition annotée de l’exhortation apostolique Amoris Laetitia afin d’accompagner sa réception. Ce projet est mené en collaboration avec le Centre Sèvres-facultés jésuites de Paris, et de nombreux contributeurs. La visée de cette édition est pédagogique : aider les fidèles à rentrer dans le document, en groupe ou seuls ; et encourager les initiatives pour sa mise en œuvre.  Elle sera disponible fin août chez Lessius, au prix raisonnable de 13 Euros.
L’édition annotée est destinée à un public large. Le texte de l’exhortation sera précédé d’une préface et d’une introduction générale, et suivi d’une postface, d’un glossaire et de plusieurs index. Par ailleurs chacun des neuf chapitres sera précédé d’une introduction, accompagné de notes explicatives, témoignages et questions pour l’animation.

Ressources complémentaires :

– Cahier romand, Dossier Synode sur la famille, septembre 2006 : Que n’a-t-on pas dit durant l’avant-Synode, puis pendant, et enfin après ? Désillusion […]; grandes espérances… découvrir le dossier PDF . Document transmis par la CCF de Zürich. Cahier Romand, Dossier Synode sur la famille, _septembre2016

 

 

-Une version audio réalisée par le diocèse de Metz
Le texte est lu à plusieurs voix. Il est précieux qu’un document du magistère soit accessible de plusieurs manières. Il s’agit du texte sans les notes.

L’intervention du cardinal Schönborn à la conférence de presse du 8 avril.
Lors de son intervention, le cardinal Schönborn, avant de parler du fond, a tenu à expliquer « à titre tout à fait personnel » la raison pour laquelle il avait lu l’Exhortation sur la famille avec « joie », « gratitude » et « émotion ». Cette analyse complémentaire du cardinal a pris une actualité particulière par sa mise en valeur par le pape François. En effet lors du vol de retour de Lesbos, le 16 avril 2016 un journaliste a posé la question : « A propos de votre exhortation apostolique, certains soutiennent que rien n’a changé par rapport à la discipline qui régit l’accès aux sacrements pour les divorcés remariés. D’autres soutiennent au contraire que beaucoup a changé et qu’il y a de nombreuses nouvelles ouvertures et possibilités. Pour un catholique qui veut savoir, quelle est la différence avec la situation précédente? »
Réponse du pape François : « Je peux répondre oui. Et point à la ligne. Mais ce serait une réponse trop courte. Je vous invite à tous de lire la présentation qu’a faite le Cardinal Schönborn, qui est un grand théologien et qui a été le secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi…et connaît bien la doctrine de l’Eglise. Dans cette présentation votre question aura sa réponse »

Regard de Mgr Olivier Ribadeau Dumas, Porte-parole de la Conférence de évêques de France, invité sur RCF le lundi 11 avril 2016.

Commentaire du P. Antoine Sondag, Directeur du Service National de la Mission Universelle de l’Eglise (SNMUE).

Extrait du Journal La Croix proposé par le P. Olivier Plichon, Recteur de Saint Louis des Français de Lisbonne.

Eclairage proposé par la CCF de Shanghaï : « La joie de l’amour », c’est de la tendresse qui nous questionne !

Dans La joie de l’amour, François nous décale par rapport à nos attentes et nous renvoie à un questionnement intérieur, estime la psychanalyste Pascale Vidal, enseignante au Centre Sèvres – Facultés jésuites.

Pascale Vidal est psychologue et psychanalyste, en libéral, et en pédiatrie. Elle enseigne au sein de la faculté de médecine de Montpellier. Au Centre Sèvres – Facultés Jésuites de Paris, elle donne un cours intitulé « Le discours de l’Eglise sur la sexualité et la vie affective. Racines anthropologiques et ouvertures pastorales« . Pascale Vidal est mère de famille nombreuse, engagée dans différentes activités pastorales du diocèse de Montpellier.

Qu’est-ce qui vous marque dans la forme et le ton du pape François dans La joie de l’amour ?
La tendresse, la tendresse et encore la tendresse ! Le mot est utilisé une vingtaine de fois dans l’exhortation. Le pape François parle à la première personne, y compris lorsqu’il évoque le couple (§ 126).  Il nous parle de façon très proche. Il nous décale par rapport à nos attentes (est-ce bien ou mal, permis ou défendu ?) pour nous renvoyer à nous-mêmes, à notre questionnement intérieur. « Où en es-tu ? », nous demande-t-il avec beaucoup de douceur. Il nous pousse à nous interroger avec tendresse, à être tendres avec nous-mêmes car Dieu est tendre avec nous. En bon jésuite, il nous invite à discerner notre disposition intérieure et fait appel à notre liberté intérieure, sous le regard d’un Dieu qui nous aime. Voilà tout ce qui importe ! Les interprétations de la doctrine seront multiples jusqu’à ce que « l’Esprit nous conduise à la vérité entière », nous dit-il dès le premier chapitre.

Quels thèmes vous marquent ?
Le texte est très dense. Il y a matière à réflexion à propos de la famille, du couple, du mariage, de la sexualité, de l’engendrement, de la fécondité, de l’éducation des enfants… Le pape nous dit de prendre le temps de le lire en fonction de notre situation (couples, agents de pastorale) et de nos centres d’intérêt (§ 7). Il met les familles et l’amour au centre de l’Eglise : « l’Église est une famille de familles » ( § 85). Il présente le visage d’un Dieu qui ne condamne pas mais s’invite à notre table pour instaurer un dialogue qui nous ouvre sur un apprentissage, et un cheminement avec Lui, toujours en progression. Car, à la fin, nous serons jugés sur ce que nous aurons fait de notre liberté. Ai-je écouté la loi de Dieu qui parle à mon cœur, qui interroge mes talents, et qui ne me condamne pas ?

Qu’est-ce qui vous étonne ?
Son courage quand il nous invite à commencer par une autocritique concernant les « mal-dits » de l’Eglise (§ 36) en matière de survalorisation de la procréation, de manque d’accompagnement des couples, d’un « idéal trop abstrait » du mariage. En matière d’éducation des enfants, il pousse un véritable « coup de gueule ». Il y consacre une dizaine de paragraphes et pointe l’abandon affectif, éducatif et spirituel dont sont victimes les enfants.

Il aborde sans détour la question de la sexualité (§ 147-159)…
Oui, et par un biais peu commun dans le magistère : l’érotisme ! Il consacre trois paragraphes pour réexpliquer pourquoi la sexualité des époux n’est pas et ne peut pas être l’objet de mépris. Elle est source d’émerveillement et d’embellissement pour les époux. Le mariage est un don du Seigneur qui inclut la sexualité : »Ne vous refusez pas l’un à l’autre », rappelle-t-il en citant saint Paul (1 Co 7,5) (§ 72, 154). Le pape dénonce les manipulations et violences dont la sexualité peut être l’objet y compris dans le mariage. Elle doit être objet de conversation entre les conjoints (§ 151). La sexualité est l’occasion d’apprendre à recevoir et non pas seulement à donner.Sa manière de dénoncer tout relativisme, sans jugement, rappelant constamment l’amour de Dieu, tout en restant si proche et si « tendre » nous donne à réfléchir !

Recueilli par Gilles Donada