C’est en 1897, à la demande de la communauté française du Mexique, que des pères maristes ont fondé la paroisse française de Mexico dans une église du centre historique mise à leur disposition par le diocèse.

Au début des années 1960, pour suivre la migration de la communauté vers le  nord-ouest de la ville, une grande église pour quatre cents personnes et des bâtiments adjacents ont été construits près du nouveau lycée franco-mexicain : le tout entièrement financé par la communauté française. L’inauguration a lieu en 1967.

La paroisse fait partie du diocèse de Mexico et a le statut de « paroisse personnelle » pour tous les Français. Elle a aussi une limite territoriale pour les Mexicains…pas si nombreux car le quartier est à grande dominante juive…

 

 

 

 

 

Depuis maintenant presque vingt-trois ans, la paroisse est tenue par la communauté de Saint Jean. Nous avons ainsi la chance d’avoir cinq prêtres francophones… Depuis un an, et pour la première fois,  c’est un Mexicain, le Père Miguel Pro, qui est le curé. Il nous connaît bien puisqu’il a été ordonné diacre et prêtre chez nous ! Nous bénéficions aussi de la présence des sœurs apostoliques de St Jean qui apportent leur aide à la paroisse, pour le catéchisme notamment.

 

Frères de Saint Jean à Mexico. Fr Miguel Pro est le 3ème à partir de la gauche

 

La déchristianisation de la France se fait sentir ici aussi car les familles qui arrivent à Mexico sont de moins en moins pratiquantes… Elles restent aussi moins longtemps (deux-trois ans en moyenne) : chaque été c’est l’angoisse pour remplacer les catéchistes partantes ! Cette année près de 3500 élèves sont scolarisés au lycée franco-mexicain (46% d’étrangers, dont 20% de Français) mais seulement une cinquantaine d’enfants sont inscrits au catéchisme…et une soixantaine en aumônerie !

 

Une troupe de scouts, affiliée aux scouts d’Europe, a démarré à l’initiative des parents et d’un jeune venu pour trois ans à Mexico : cela faisait une dizaine d’années qu’il n’y avait plus de scouts à la paroisse. Comme quoi il ne faut jamais perdre espoir.

Cette année, en plus de la traditionnelle retraite des familles, plusieurs retraites ont été proposées en français : pour les femmes, pour les hommes, pour les couples : elles ont rencontré un beau succès !

Nous sommes une des seules CCF à avoir depuis 1990 des équipes Sève, le mouvement fondé en 1938 par Mme Hoppenot. Il y a deux équipes de femmes installées définitivement au Mexique, et une équipe de « détachées » qui se renouvelle donc périodiquement !

Côté caritatif, un « dispensaire », qui est en fait principalement une bourse aux vêtements et produits de première nécessité, vient en aide à près de quatre cents familles mexicaines très pauvres. D’autre part, le bazar de Noël de Mexico Accueil se déroule chaque année dans le patio de la paroisse : tous les profits sont destinés au soutien à des associations dans lesquelles des membres de Mexico Accueil sont engagés, le dispensaire bien sûr, l’Arche, la bibliothèque de rue etc…

Les relations avec le diocèse sont bonnes. Le vicaire général actuel a pris conscience de la nécessité de garder une spécificité de la paroisse française : les deux communautés, française et mexicaine, ne marchent pas au même rythme et toutes les tentatives de fusion ont été un échec. Même les règles religieuses sont différentes et peuvent être source d’incompréhension. Notre curé a préféré qu’il y ait deux conseils pastoraux, mais un seul conseil économique dans lequel il a intégré deux Mexicains car il était auparavant uniquement composé de Français !

La communauté catholique qui fréquente la paroisse est composée dans sa grande majorité de « détachés » : Français, Belges et Ivoiriens. Les nouvelles générations de Franco-Mexicains ne font plus l’effort de venir à la paroisse française et se rapproche de celle de leur domicile… La « vieille colonie » ne vient plus que pour les enterrements… Pourtant, nous avons la chance d’avoir la messe dominicale en français ! Seules les grandes fêtes, Noël ou Pâques, au milieu des congés scolaires, donnent lieu à des messes bilingues.
L’heure d’Adoration, le jeudi et le vendredi soir, est animée en espagnol. Beaucoup de conférences sont proposées, mais en espagnol !

 

Vie de la communauté en images tout au long de l’année :

 

Les informations sont accessibles sur le site internet de la paroisse  et par Instagram. Un envoi par mail, ciblé pour chaque communauté linguistique, permet aussi d’informer (en principe). Cette communication a cependant besoin d’être améliorée…