Bientôt trente ans !

La Paroisse francophone de Prague est une petite communauté qui s’est constituée à Prague juste après la révolution de velours en 1989.

Elle a la joie d’accueillir les prochaines Journées Pastorales des CCFM du 20 au 23 septembre 2018 !

Prague

 

 

 

 

 

 

Les dissidents revenaient au pays après de trop longues années d’exil où ils ont souvent acquis la culture et la nationalité de leur pays d’accueil.
Parmi eux des Français ou des binationaux dont des catholiques ont exprimé le besoin de continuer à vivre leur foi dans cette langue.

Dans les années 1990, les entreprises se sont aussi ouvertes dans la République tchèque et ont également envoyé de nombreux cadres détachés dans le cadre de leur implantation en Europe centrale.
D’autres sont partis à l’aventure afin de redécouvrir ces pays enfin à nouveau libres aux portes de la France, et certains même, venus pour un week-end n’en sont jamais repartis : Prague est une ville magnifique et si resplendissante.
La communauté française s’y est naturellement développée, spécialement sur la rive gauche de la Vltava où le lycée français venait de voir le jour.
Certains Français se sont alors investis dans la création de cette paroisse.

 

Après avoir restauré une église, la communauté a pris l’habitude de se réunir le dimanche à l’église Saint Joseph dans une rue qui porte son nom (Josefká) côté « Mala Strana » au beau milieu de la vieille ville, à deux pas du pont Charles tant prisé par les touristes. Même si plusieurs membres de la communauté ont fait leur vie en République tchèque, de nombreux membres, travaillant ou étudiant pour des périodes plus ou moins longues, arrivent et partent chaque année. Les activités fluctuent donc en fonction des volontés et des effectifs mais en conservant toujours une base au service des plus jeunes.
Aujourd’hui, en plus des groupes de catéchèse et de l’Aumônerie scolaire, des troupes très actives de scouts et de guides se sont montées pour le plaisir des plus jeunes et des grands, et préparent même aussi parfois les messes.
Les adultes aussi se retrouvent en groupes divers. Il y a eu des retraites organisées, accueillies aux portes de différents monastères, ou à l’auberge de ce magnifique monastère de Novy Dvur, avec un accueil « magique » pour tous les temps de prière, mais aussi aujourd’hui des échanges comme les Equipes Notre-Dame ou des moments d’adoration et soirées de prière.

Prague membres

 

 

 

 

 

 

L’histoire du pays, ainsi que l’histoire récente de la période communiste, qu’ont connue peu de membres de l’actuelle communauté, reste présente dans les esprits grâce aux témoignages des prêtres qui accompagnent aujourd’hui la paroisse francophone et qui ont eu leur vie profondément marquée par cette période où la Tchécoslovaquie ne pouvait jouir de sa liberté.
Le père Kolař d’abord, qui a accompagné la paroisse dans ses débuts, était un de ces exilés qui, après avoir été apatride en Autriche, a longtemps vécu en France, parce que tout retour dans son propre pays lui était interdit.
Aujourd’hui, le prêtre accompagnateur est le père Vaclav Ventura qui lui a vécu sur place et devait assurer son ministère clandestinement.
Leurs témoignages d’une vie clandestine ou d’apatride, leur engagement, les liens avec des Tchèques engagés, menacés, ne pouvant quitter leur pays, sont riches de cette histoire récente qui se déroulait aux portes de nombre de pays européens libres et dont les vies insouciantes contrastent avec des privations de liberté élémentaires dont les témoignages sont magnifiques de beauté et de dignité.
Mais les prêtres, exceptionnels par leur engagement et riches de leurs expériences hors norme, animent avec dévouement, une communauté dont les membres sont, eux, de plus en plus jeunes.
Les entreprises françaises sont maintenant bien installées à Prague et détachent plus souvent des jeunes pour une première expérience à l’étranger au plein cœur de l’Europe.
Ils sont rejoints par des jeunes couples qui tentent l’aventure en Europe centrale et des étudiants du programme Erasmus, qui a toujours plus de succès, surtout à Prague, ville dans laquelle il fait bon vivre.
Qui dit jeunes couples, dit enfants et c’est en voyant les familles se retrouver à la sortie de la messe que l’on constate la jeunesse de la communauté qui ne demande qu’à se développer autant que la République tchèque.

Prague, sacrement confirmation

 

 

 

 

 

 

Alix Guillard