L’heureux et précieux accompagnement des MEP auprès des CCFM !

Sur le continent asiatique, nombreuses des Communautés catholiques francophones (CCF) ont historiquement été ou sont actuellement accompagnées, directement ou indirectement, par des prêtres des Missions étrangères de Paris.
C’est le cas à Bangkok, à Taïpei, à Séoul, à Tokyo, en Chine et à Hong Kong, à Singapour… 
L’équipe des CCFM exprime à nouveau toute leur reconnaissance au P. Gilles Réthinger, supérieur général de la société des Missions étrangères de Paris, et à chacun des pères MEP aumônier ou accompagnateur d’une CCF de son réseau, pour leur précieux et fidèle soutien.    

Si les CCF reçoivent donc beaucoup de leurs aumôniers et accompagnateurs MEP, Le Père Alexis Balmont, père MEP proche de la CCF de Hong Kong, témoigne réciproquement combien il a reçu de cette dynamique communauté catholique francophone.

 

Les Missions Étrangères de Paris (MEP) sont une société de prêtres diocésains français dont la mission est d’annoncer l’Évangile en Asie et dans l’Océan Indien.
Être prêtre MEP, c’est recevoir un pays de mission ad vitam (pour la vie) et ad gentes (pour l’évangélisation des non-chrétiens). Lorsqu’un nouveau missionnaire arrive sur le terrain, il consacre ses trois premières années de mission à l’apprentissage de la langue et de la culture locale.
J’ai reçu comme pays de mission la Chine, et je viens de passer mes dix-huit premiers mois de mission à Hong-Kong, où j’ai pu étudier le cantonais. Je pars maintenant pour Taiwan, où je poursuivrai mes études de chinois par des cours de mandarin. Ensuite, j’ai le projet de poursuivre des études de doctorat pour approfondir mes connaissances sur la Chine et peut-être, un jour, enseigner au séminaire ou à l’Université.
Cette première expérience à Hong-Kong était atypique, marquée par les événements sociaux et par les mesures de distanciation sociale liées à la pandémie. J’ai suivi la très grande majorité de mes cours sur Zoom et concélébré la plupart de mes messes dans des églises vides.
Dans ce désert social, j’ai été très heureux de trouver quelques oasis francophones. La communauté chrétienne francophone de Hong-Kong a été plus inventive que les deux paroisses chinoises dans lesquelles j’ai logé, continuant à célébrer dans les « îlots » et organisant avec audace et prudence des temps de ressourcement spirituel entre les vagues de contaminations successives.
Merci de m’avoir accueilli et sollicité, je me suis trouvé enrichi de vous avoir rencontré, et c’était une joie pour le jeune prêtre que je suis de pouvoir célébrer avec vous les sacrements.
Merci aussi de m’avoir associé à la joie de vos familles et de m’avoir partagé quelques-unes de nos précieuses spécialités franchouillardes, indispensables pour rompre la monotonie des têtes de poisson au gingembre ou des pattes de poulet au piment.
Restons en contact, le monde est vaste mais les chrétiens y sont encore trop peu nombreux, nous saurons bien nous retrouver à Hong-Kong, à Taiwan ou ailleurs, là où Dieu nous appellera à travailler ensemble à ce que davantage le connaissent.
P. Alexis Balmont, MEP
Plus d’infos sur les MEP : https://missionsetrangeres.com
Merci pour votre témoignage, Père Alexis, et bon vent dans vos nouvelles missions à Taiwan !