La crise sanitaire du Coronavirus touche maintenant l’ensemble du monde.
Suite aux interdictions des célébrations communautaires, les aumôniers et laïcs responsables des nombreuses paroisses francophones proposent quelques pistes pour permettre à chacun, individuellement ou en famille, de poursuivre sa vie de foi en Eglise, tout spécialement en cette période de Carême.

Messe dominicale à Hô Chi Minh Ville (Saigon-Vietnam) 
“Le confinement a été décidé officiellement le 1er avril, mais les écoles ont été fermées neuf semaines plus tôt. Officiellement, il y a environ 200 cas pour le moment au Vietnam.
Notre communauté francophone se porte bien, même si depuis quelques semaines nos occasions de rencontres sont moins fréquentes. Nous avons du peu à peu suspendre les activités de la paroisse: catéchèse, rassemblements, formations, bol de riz… Les messes sont également suspendues depuis dimanche dernier. Or, nous avons la chance de pouvoir organiser une messe en ligne depuis la cathédrale de Saigon, en petit comité.”
Voici le lien de la messe du 5ème dimanche de Carême.

Lucille et Julien Jolly  CCF Saigon

 

CCF Abu DhabiMessage du P. Eric Simonot, Paroisse Saint-Joseph d’Abu Dhabi : 
Je vous souhaite une Semaine Sainte et de chrétiennes Pâques malgré nos restrictions. C’est l’occasion de revenir aux fondamentaux : actes de contrition, de foi, d’espérance et de charité. Soyons des chrétiens adultes en union avec nos frères d’Orient qui ont subi pire pour leur foi et leur fidélité au Christ. Je serai en mer de tout cœur avec vous, plus spécialement au mémento des vivants lors du saint sacrifice de la Messe.
Je vous bénis.
Père Eric Simonot

 

 

Propositions de la CCF de Dublin
“Notre petite communauté francophone de Dublin est toujours active et s’adapte.
Nos messes sont diffusées en ligne, en direct, permettant à tous de suivre la messe en français du dimanche à 12h30 UTC sur le site de la paroisse qui nous accueille (tous les 2eme et 4eme Dimanche de chaque mois).
Les messes en français sont célébrées par notre aumônier le Père Patrick CLAFFEY ou par le père Richard Sheehy ; en huis clos avec un seul paroissien qui représente chaque membre de la communauté.
Pour information complémentaire voici le lien des messes en ligne à Dublin.

Nous avons d’autres idées encore à affiner pour vivre en communauté ce moment difficile (Chapelet, veillées de prière, etc…)

Bien fraternellement.
La communauté Francophone de Dublin”.

P. Pierre Charignon Tokyo

Le père Père Charignon, aumônier de la CCF de Tokyo,
propose la prière qui sera utilisée dès demain, solennité de Saint Joseph.

Dans le désert où des privations nous sont imposées, où notre relation à Dieu se purifie, nous sommes encore plus unis par la prière.
Fraternellement.

Lire plus d’informations sur la situation à Tokyo.

 

 

 

 

L’archevêché de Kuala Lumpur vient d’informer en ce 12 mars 2020 que toutes les messes et tous les rassemblements sont annulés jusqu’au 29 mars pour cause de pandémie du coronavirus.
Voici les recommandations du P. Patrick Portier, aumônier de la CCF de Kuala Lumpur 

En quarantaine !

Voilà bien un mot que nous entendons depuis des semaines.
Et pourtant il trouve son sens dans ce temps liturgique que nous appelons le carême.
Il s’agit bien d’un temps de mise à l’écart volontaire de la part du Chrétien .
40 jours du jour des cendres à Pâques, 40 jours pour réapprendre à prier à partager à jeûner.
Encore faut il que nous en ayons le désir. Cette mise à l’écart n‘est pas une solitude mais une rencontre. Du côté de Dieu, pas de soucis, il nous attend et nous cherche. Ce temps de carême est pour nous, catholiques de Kuala Lumpur, marqué par le manque, l’attente, l’obéissance .

Le manque: l’absence de l’assemblée. L’assemblée du dimanche est constituée par l’eucharistie. Le manque est comblé par la prière autour de la Parole de Dieu en famille ou rendu absent parce qu’il est devenu un jour comme les autres.

L’attente: le désir de se retrouver me fait découvrir que je suis membre d’une communauté, que je suis connu et reconnu. L’attente comblée par la prière du Notre Père que je dis tous les midis pour rester en communion avec mes frères et sœurs. Ou rendue absente parce que même le frère rencontré à la messe reste un inconnu, un étranger.

L ‘obéissance : Obéir aux règles données par protéger les plus faibles, les personnes âgées. Être à l ‘écoute de l‘Eglise diocésaine de Kuala Lumpur qui nous a demandé de lui faire confiance dans la gestion de cette crise sanitaire vécue. L’obéissance comblée parce que nous sommes des étrangers accueillis dans un pays qui n’est pas le nôtre. Nous savons rester à notre place. Rendue absente parce que le sentiment de supériorité en nous nous met au centre de tout .

Il n’a pas besoin de chercher à vivre autrement ce carême. Nous pourrions regarder personnellement comment je vis ce manque, cette attente, cette obéissance ?
Quel visage ai -je donné au dimanche, jour du seigneur ?
Me suis je retrouvé en famille avec des voisins? Ai-je été timide dans une invitation à me retrouver avec d‘autres?
Suis-je vraiment en communion avec les membres de ma communauté ou juste de passage ?
Vais-je répondre avec générosité aux associations qui me sollicitent, à donner pour la vie de la communauté ?

A très vite pour une fin de quarantaine qui ouvrira à un jaillissement de vie !

Ce qu’il nous est possible de maintenir :

L’archevêché nous demande de suspendre toute rencontre jusqu’au 29 mars.
Maintenir le jour du Seigneur en famille, voici quelques possibilités :

  • Feuille de messe de la CCF de Kuala Lumpur  dès samedi sur le site de la CCF de KL !
  • La messe en ligne : Le Jour du Seigneur 
  • 19 mars Solennité de Saint Joseph: l’Église de Malaisie nous invite à prier et jeûner pour que l’épidémie soit endiguée.

Nous espérons aussi  pouvoir vivre certaines des propositions de carêmes :

  • lisons la Bible pour être à l’écoute de la Parole.

Ainsi, nous vous proposons de lire ou relire l’Évangile de Luc.
Pour nous entraider, nous allons créer un groupe WhatsApp: Évangile selon Saint Luc, où nous recevons chaque jour deux chapitres. Sur ce groupe, nous pourrons poser des questions , partager nos réflexions, c’est l’unique moyen qui nous reste pour échanger en communauté, alors profitons-en !!!
Nous commencerons cette lecture le 25 mars, car c’est le jour de l’Annonciation. Nous devrions avoir terminé cette lecture au début de la Semaine Sainte.

Suite des propositions de Carême sur le site Internet de la CCF de Kuala Lumpur et sur la Page Facebook

 

Le P. Rémy Kurowski, aumônier de la CCF de Hong Kong, présente quelques suggestions, notamment une vidéo expliquant le sens de la communion spirituelle préconisée en cette période de suspension des célébrations.

Il y a quelques semaines, nous découvrions la menace de l’épidémie de Coronavirus. Son développement rapide et les mesures prises en Chine continentale et à Hong Kong nous concernent tous. Elles entraînent des effets durables tant dans l’organisation de la vie professionnelle et sociale que dans nos vies personnelles.

Les autorités du diocèse de Hong Kong, dont la CCFHK fait partie, ont émis des séries de consignes bien précises. Elles s’alignent sur les dispositions publiées par les autorités politiques. Ces restrictions portaient sur les rassemblements de fidèles et la manière de célébrer la messe. Le cardinal Tong a annoncé jeudi que pour deux semaines à partir de samedi 15 février 2020, aucune messe, ni autre célébration communautaire ne peut avoir lieu. En conséquence, nous ne nous retrouverons aucun samedi jusqu’à la fin du mois, que ce soit à la chapelle de Rosary Hill School ou ailleurs sur Hong Kong. En Chine continentale, les messes sont interdites depuis déjà quelques semaines.

Ainsi, l’entrée en carême ne sera pas marquée cette année par la traditionnelle célébration du mercredi des Cendres en communauté.

Cela ne nous empêchera pas de vivre néanmoins la messe du dimanche et le carême personnellement et/ou en famille. L’église domestique prend alors tout son sens, la famille étant la première cellule de ce qu’est l’Eglise dans son ensemble. Nous sommes amenés à vivre ce carême de façon bien particulière. La communauté rassemblée existe pour se disperser. Mais maintenant, nous vivons en dispersion sans possibilité de se rassembler.

Quelques pistes pour maintenir une pratique de foi personnelle et familiale.
Quelques suggestions des meilleurs sites et applications spi.
Une vidéo pour expliquer le sens de la communion spirituelle, avec un message de soutien du chanteur Grégory qui a du annuler son concert prévu le 14 février.
Page Facebook : Tous les vendredis, suivez les propositions de Carême de la CFHK sur notre page FaceBook. Je ferai un enseignement à distance qui sera y posté.

Pour ceux qui restent à Hong Kong et pour d’autres qui sont partis en France ou ailleurs, c’est une réalité nouvelle qui se donne à vivre. Que cette dispersion soit une source d’approfondissement de notre foi et de notre manière d’être auprès des autres ! C’est aussi cela le Carême.

Entrons joyeux, car pleins d’espérance pour notre vie qui se laissera imprégner encore davantage par ce désir d’être frères et sœurs et de grandir ensemble.

Humainement et chrétiennement, nous nous sentons solidaires avec toutes les victimes et avec toutes les personnes engagées dans la lutte contre le fléau de l’épidémie. Prions pour eux, prions pour nous-mêmes pour que nous puissions trouver les paroles et les attitudes justes, celles qu’il convient d’exprimer dans de telles circonstances.

Père Rémy Kurowski

L’aumônier de la paroisse francophone de Shanghai partage également sa méditation d’entrée en Carême pleine d’espérance malgré l’isolement exigeant de ce contexte si particulier :

Chers frères et sœurs de la CCFS,

Depuis un mois nous vivons notre fraternité dans le Christ de façon jusqu’alors inattendue pour nous contemporains. Vivant en “quarantaine” à cause d’un virus jusqu’à nos jours inconnu et exigeant par les autorités compétentes des mesures draconiennes  afin de le vaincre je me rends compte que nous vivons un petit aperçu des époques où les fidèles ont dû vivre pendant des années voire des siècles – comme au Japon – dans la clandestinité.
Les croyants qui, mettant leur espoir et leur confiance en Dieu de miséricorde, ont persévéré ces périodes sûrement douloureuses au risque de souffrir le martyre et ont continué à prier en catimini et à suivre la foi dont ils connaissaient l’essentiel  par les prières apprises et transmises de génération en générations. Ils ont même appris par cœur des textes bibliques notamment du Nouveau Testament.
C’est ainsi que l’apôtre Paul nous rappelle depuis la prison où il était incarcéré pour avoir annoncé l’évangile du Christ : “La Parole de Dieu n’est pas enchaînée.” (2 Tim. 2,9b)

Nous sommes quand même encore libre de pratiquer notre foi dans la solidarité et la compassion avec le peuple éprouvé et par la prière et la méditation de la Parole de Dieu. Nous vivons même “grâce” à cette période un air frais, sans pollution avec souvent un ciel vraiment bleu.

Mercredi prochain nous entamons le temps de carême. Profitons en pour découvrir avec encore plus de ferveur que c’est le Seigneur qui nous accompagne dans notre vie. Accueillons-le au quotidien en Lui réservant un bon moment de prière et de méditation de Sa Parole.

Peut-être pensons-nous aussi à l’action “Bol de Riz” pendant les quarante jours qui viennent nous préparer à la grande joie de la fête de la Résurrection du Christ.

Votre frère dans le Christ
F.J., Aumônier de la CCFS.

Lire aussi les témoignages des membres des CCF d’Asie.